Argumentaire (2013-2014)

Nous avons défini le sans-abrisme comme une perspective de recherche qui interroge les possibilités d’habiter qu’une société démocratique garantit à chacune et chacun (Choppin K. et Gardella E., 2013, p. 15). La problématique de l’habiter est féconde, permettant d’articuler une évolution récente dans la problématisation publique de la question SDF et du mal logement autour de la catégorie du « chez soi », une spécialisation sur des terrains précis et une approche transversale, politique et morale, de ces terrains : est-ce que « habiter » est aujourd’hui un droit reconnu ? En quoi est-il garanti ? Par quels supports l’habiter est-il institutionnellement promu ? Est-ce que l’hébergement et le logement sont les horizons indépassables pour garantir le respect de ce besoin universel ? Le sans-abrisme pose ainsi des questions sur l’expérience des diverses formes d’habiter mais aussi sur la justice sociale et la morale à l’œuvre dans les actions publiques qui visent à réguler les divers problèmes publics des SDF, de l’hébergement ou du mal logement.

Explorer les frontières du sans-abrisme, c’est donc d’abord baliser le domaine du sans-abrisme tel qu’il a été délimité depuis le milieu des années 1980. C’est le sens de la démarche qui nous a conduits à forger l’outil Les sciences sociales et le sans-abrisme. Recension bibliographique de langue française 1987-2012 (publié aux PUSE en juin 2013).

Des terrains, des sites d’enquête et plus globalement des problématiques sont désormais classiques dans cette littérature : la construction des catégories (dénomination du problème social, typification des profils, des propriétés sociales et des expériences) ; l’explication processuelle de la perte du logement ; l’évolution, l’organisation et la pratique des dispositifs d’assistance ; les relations qui s’instaurent entre les individus et ces dispositifs ; la dimension publique de problématisation de l’exclusion du logement, que ce soit les dynamiques d’institutionnalisation de l’action des pouvoirs publics en lien avec la société civile ou la gestion locale des espaces publics ; l’expérience de l’exclusion du logement, les pratiques de survie (par l’installation durable dans les espaces publics ou des espaces marginaux comme les squats, les campements ou les bois), leur inscription dans une temporalité, les significations de la « sortie ».

Explorer les « frontières du sans-abrisme », c’est affiner les perspectives et les méthodes d’enquête qui ont émergé depuis 25 ans en les expérimentant sur de nouveaux terrains. C’est l’ensemble de nos travaux qui sont concernés, quand ils abordent l’habiter en habitats précaires (Pichon P. (éd.), Jouve E., Choppin K., Grand D., 2010), dans les bois et les espaces urbains marginaux (Lion G., 2013). Cela concerne aussi l’évolution des formes prises par la problématisation, via les « nouveaux publics » que l’action publique identifie comme « problèmes » et les dispositifs censés les réguler. Il en va ainsi du travail conduit à l’Observatoire du Samusocial sur les familles, notamment migrantes, hébergées en hôtels (Le Méner E., 2013) ; il en va de même du travail de Tommaso Vitale sur les Roms et la gestion des espaces publics urbains. La question plus générale du rapport entre migrations et sans-abrisme sera l’un des principaux axes du séminaire de l’année à venir.

Une autre voie d’approfondissement de la problématisation publique est la médicalisation, sa spécificité et la diversité des formes qu’elle prend dans le domaine du sans-abrisme. Trop souvent, la discussion porte sur le travail de Patrick Declerck (2001), alors que la médicalisation dont fait l’objet le sans-abrisme ne se réduit pas, loin s’en faut, à une psychopathologisation de ses causes, et qu’un de ses effets politiques et moraux est la légitimation de l’urgence sociale, comprise comme format d’action (une réactivité forte face à un danger) et comme norme de justice sociale (l’aide se doit d’être inconditionnelle face à des individus vus comme en détresse) (Gardella E., 2013).

Les frontières du sans-abrisme traversent aussi les enjeux des techniques d’enquête. C’est en confrontant les aspects méthodologiques qu’on peut sinon dépasser du moins bousculer les clivages enracinés dans le champ. Un objectif est de montrer, résultats empiriques à l’appui, comment le qualitatif et le quantitatif peuvent travailler ensemble à l’élaboration d’hypothèses et de résultats qui s’affinent et se renforcent. La production des premiers résultats en 2013 de l’enquête « sans domicile » que l’Insee a conduite à l’hiver 2012 est une bonne occasion pour la faire dialoguer avec d’autres méthodes et d’autres techniques.

Les frontières du sans-abrisme concernent enfin le rapport aux médias, à l’espace public. Face à une question de recherche qui rencontre de nombreux aspects d’un problème social et public situé au cœur des inégalités, les chercheurs du sans-abrisme sont confrontés à la sphère publique et sollicités par elle : interventions publiques à la demande d’associations (tables-rondes, formations), réponses à des sollicitations de journalistes (presse écrite, radio, télé). Nous avons aussi tenté d’innover dans les relations entre sphère publique et recherche : un « colloque-exposition » qui a donné lieu à un catalogue et à un livre ; une projection publique d’un DVD, film-outil qui reprend les portraits d’enquêteurs que l’exposition donnait à voir.